Chapitre 10 : Communiquer par le rêve

Mon quotidien est toujours rythmé par ma médiumnité, et les rendez-vous avec la guérisseuse. Je reste malgré tout vigilante, quant aux informations que cette dernière me transmet.

Nous sommes vendredi. Ce soir j’ai un rendez-vous pour un soin avec cette dame. Je termine mes cours à midi, quelle chance. Mais très fatiguée, je décide d’aller me coucher en ce bel après-midi.

Je ferme les volets ainsi que la porte, et me glisse sous ma très douillette couverture. Je sens les tensions et les tiraillements de mon corps, se soulager peu à peu. Quel bonheur de pouvoir s’abandonner au sommeil en plein milieu de la journée.
Peu à peu, mon mental se calme, mon esprit s’abandonne à la douceur d’un sommeil léger et réparateur. Mes paupières se sont fermées, et je plonge à tête perdue dans un rêve très particulier :

* Je suis dans une chambre aux murs d’un orange si pâle qu’il en parait presque dénaturé. Je suis face à cette vieille dame, alitée, regardant par la fenêtre, pensive.
Son lit longe la grande fenêtre donnant sur un jardin public. Le lit médicalisé recentre mon esprit, et me laisse découvrir un environnement hospitalier chaleureux mais très impersonnel. Dans la chambre se trouve un deuxième lit, en contre-sens de celui de la grand-mère.

Cette dernière parait mélancolique. Toujours le regard rivé sur l’extérieur, elle semble vouloir ignorer tout le reste.
Ses cheveux sont courts, formant de belles boucles. Son visage est fin, ses yeux d’un bleu si profond.
Je l’observe attentivement lorsque, d’un pas hâtif, entre une première personne, un homme en blouse blanche. Puis, suivant son pas, entre une femme d’environ 50 ans. Je les entends discuter de l’état de santé de la grand-mère.
Je remarque surtout qu’à leur arrivée, la grand-mère détourne enfin son regard de la vitre. Tout en cherchant la présence de quelqu’un. Elle observe quelques secondes, et lorsqu’elle ne voit pas l’être attendu, tourne de nouveau son regard vers la vitre.

Je ressens sa tristesse et sa déception, sans même savoir ce qu’il en est vraiment. *

Le rêve ne dure pas plus longtemps. Et doucement je m’éveille, sort de ce rêve plus réel que la réalité. Et me rends compte qu’il ne me reste que peu de temps avant de partir pour mon rendez-vous.*

Une heure passe. J’enfile mon manteau, je prends mes clés de voiture, et file à mon rendez-vous.

L’attente n’est pas trop longue, mais comme toujours, il me plait de m’accorder ce moment.
Moins de deux heures plus tard, mon rendez-vous commence.

Tout de suite, je ressens le besoin de lui partager mon expérience de l’après-midi. Pourquoi m’a t’on envoyé ce rêve ? Que signifiait-il ?
Je lui parle alors de cette dame. L’arrivée de ses deux personnes s’entretenant sur un état de santé critique. Je met un accent sur cette impression, pour la grand-mère, de ne pas recevoir la visite attendue. Ainsi que la tristesse de ne pas voir cette personne chère à son coeur.

J’observe la guérisseuse, et remarque son regard perplexe. Je ne comprends tout d’abord pas, ce à quoi elle pense. Je me dis alors qu’elle cherche une signification.

Puis elle me demande : « Peux-tu me décrire la chambre ? ».

Je lui réponds alors : « Lorsque l’on entre dans la chambre, la fenêtre est juste en face. Elle est très grande et laisse une vue très jolie sur un jardin public. Le lit, lui, est placé parallèle et collé, à la fenêtre. Un autre lit se trouve être parallèle, placé au milieu de la pièce, mais la tête de lit est inversée. Il y a une petite salle de bain, dont la porte est placée tout de suite à gauche de l’entrée de la chambre. Les murs sont peints d’un orangé pâle».

Puis elle me demande de lui décrire cette grand-mère, ce que je fais.

Mais où veut-elle en venir ? Que signifient toutes ces questions ?

Je sens qu’elle est prête à me partager ces pensées qui la questionnent depuis de début de mon récit :
« Cette vieille femme qui t’a contacté durant ton sommeil, c’est ma mère. Elle est malade actuellement, elle doit donc vivre ses derniers jours dans un hôpital. Mais elle me réclame depuis plus d’une semaine. Je n’ai pas encore trouvé le temps d’aller lui rendre visite. Même si je sais qu’elle m’attend chaque jour. ».

Je n’en reviens pas, je suis bouche-bée. Je ne sais que dire. Je ne comprends pas comment sa mère a pu prendre contact avec moi une cliente de sa fille, parmi tant d’autres. Sans même me connaitre.

C’est alors que la guérisseuse me répond : « Ma mère a toujours été une grande médium, elle était en lien avec de nombreux êtres de lumières durant sa vie. Je ne suis pas étonnée qu’elle ait réussi à te contacter, même si cela me surprend malgré tout. Je vais aller la voir demain, je vais prendre le temps de lui rendre visite. ».

Je suis émue. Émue de comprendre que ma médiumnité m’a permis, pour cette fois, de rapprocher une mère et sa fille. De répondre à un appel urgent d’une mère en manque de voir sa fille, avant son grand départ.

La vie nous offre parfois de belles opportunités, et des instants si riches en émotions.

Léa,
Nouvelles Vibrations 

Spread the love

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.