Les enfants ces médiums

Comment appréhender leur médiumnité ?

La connaissance populaire approprie aux enfants une imagination débordante, dépassant parfois la notion de ce qui doit appartenir au réel. Que l’on accorde à ces enfants un monde imaginaire, un ami invisible ou tout simplement une âme désincarnée, il est important de comprendre qu’il vie cette situation dans une parfaite réalité, sans demi-mesure. 
Selon la situation à laquelle il est confronté, lui donner confiance en lui et le soutenir dans cette phase d’apprenti-sage semble être la meilleure méthode pour le garder ancré sur Terre.
Car il est en effet important, de prendre conscience qu’un enfant a tôt ou tard conscience de sa singularité en tant que personne, et que ces perceptions subtiles peuvent faire naitre en lui de profondes incompréhensions. 
Voyons ensemble les conseils que je peux vous donner.


Le développement de l’enfant

Il est communément acquis qu’un enfant est tôt ou tard confronté à des rencontres subtiles. Il parle avec un être que vous ne voyez pas, vous raconte qu’il a l’impression que quelqu’un le regarde dans sa chambre la nuit, ou même, qu’il est sujet aux terreurs nocturnes (*). Si ces évènements peuvent apparaitre très tôt, dans une majorité des cas, ils finiront par s’estomper puis disparaitre lorsque l’enfant atteindra l’âge de 7 ans environ. Un enfant n’est alors plus en connexion consciente avec le subtil, est donc plus présent à son incarnation, mieux ancré et en harmonie avec ce monde de matière dans lequel il se construit. 
Pour une autre partie, ces perceptions ne vont pas disparaitre, et peuvent même s’accroitre. Au même moment apparaissent les questions existentielles de la vie « Pourquoi existons-nous ? » et « Que devient-on après la mort ? ».

L’enfant se questionne sur son existence et son incarnation en tant qu’humain. Le bouleversement entre ce lien aux désincarnés jumelé à une période de développement cruciale pour l’enfant, peut être d’un bouleversement évident. 
Car l’enfant médium cultive au fil des années, le profond sentiment d’être incompris. Ces perceptions extrasensorielles que certains nomment « don », est à l’image de l’enfant. C’est à dire qu’elles se manifestent de façon tout à fait spontanée, sans filtres, et sans anticipation. Ce qui peut le confronter à des situations d’inconfort et de mal être.

 
Je me souviens de cette nuit chez ma grand-mère, où nous dormions toutes les deux dans une même chambre avec ma cousine. Je ne parvenais pas à m’endormir. Juste face à moi, collé au lit, s’y trouvais une sorte de brume grisâtre de la forme d’une personne. Elle se tenait à côté de ma tête. 
Personne n’était dans la confidence de mes perceptions. Alors je tentais de ne rien dire, de ne pas céder à la peur. Jusqu’à ce que la pression soit trop forte. Je n’ai eu d’autre choix que d’appeler ma grand-mère en cédant tout à fait à la panique, en pleur et terrifiée. 
S’en sont suivi deux jours de crainte de ce qu’on pourrait dire de cet étrange épisode. Peur de la réaction de mes parents, de ma grand-mère, et de tous ceux qui pourraient en avoir connaissance dans la famille. J’avais 8 ans.

Écouter et sécuriser son enfant

Les parents ne sont pas toujours familiarisés avec la médiumnité en général, et encore moins avec la médiumnité infantile qui nécessite beaucoup plus de tact et d’attention. Dans ce cas, il est difficile de trouver les mots justes, et de comprendre ce qu’il se passe réellement. 
Pourtant l’enfant est souvent pleinement conscient de ce qui lui arrive, et sera dans la capacité de vous l’exprimer (selon son âge bien sûr). 
Le fait que l’enfant puisse s’exprimer librement et poser les mots justes sur ce qui lui arrive, va lui permettre de comprendre et de remettre en ordre toutes ces émotions qui se mélangent en lui. Mais l’attention de ses parents, ainsi que leur réconfort, restera le pilier de sa stabilité émotionnelle. Tout ce que demande l’enfant, c’est d’être écouté, compris, et réconforté. 
Il ne s’agit pas de renforcer son intérêt pour ces évènements, mais justement de les exorciser, pour enlever toute « étrangeté » ou incompréhension vis à vis de ces derniers Il ne s’agit pas non plus de gonfler l’ego de l’enfant, en le faisant se sentir spécial et doté d’un don miraculeux. Il doit comprendre qu’il est un enfant comme un autre, et que ses perceptions n’ont rien d’anormal. 

Depuis quelques années nous remarquons un nombre de plus en plus important d’enfants médiums. C’est une chance pour eux, puisqu’ils seront de moins en moins confronté à cette « différence » qui a tendance à les isoler.
Mais, une nouvelle fois, cela ne fait pas de votre enfant, un petit différent des autres. Il est simplement un enfant, qui comme un autre, cultive sa singularité.

Il est également important de ne pas cultiver de peur vis à vis de la médiumnité de votre enfant. Votre peur va parasiter votre discours. Il n’aura donc pas l’effet escompté. Puisque vos paroles et votre vibration ne seront pas en harmonie. Comprenez que votre enfant ne risque rien, et que votre tranquillité et votre soutien seront les plus efficaces pour atténuer la gravité des évènements.

Ce que l’enfant devrait savoir


Jeune médium

La première chose que l’enfant (et le parent) doit apprendre, c’est qu’il n’est pas en danger. Il ne risque rien. Pourquoi ? Parce que dans notre vibration terrestre, nous sommes constitués d’un corps de matière (inutile d’aborder tout de suite les corps énergétiques avec lui, chaque chose en son temps). Les désincarnés sont, eux, constitués exclusivement d’un corps d’énergie. Ce corps d’énergie dont ils sont constitués vibre à une autre fréquence. Ils sont donc présents autour de nous, mais ne peuvent pas agir comme nous le faisons dans notre environnement. Nous sommes les principaux acteurs de cette vibration de matière, nous avons ainsi le libre arbitre, le droit de demander aux désincarnés de partir. Plus familièrement, d’aller voir ailleurs. L’enfant doit savoir ça. Il doit reprendre son pouvoir et sa confiance en lui-même. Cette attitude lui permettra de ne pas se créer de peurs, ou de se libérer de sa peur si celle-ci est déjà développée. Il faut savoir que la peur attire des entités dites du « bas astral ». C’est à dire des entités dont la vibration est faible. Pourquoi ? Car la vibration de la peur est une vibration basse commune à celle des entités du bas astral. Ces entités sont en général des âmes perdues, qui ont besoin d’aide pour partir de notre dimension. 
L’intérêt de permettre à l’enfant d’avoir confiance en lui est là, sans peur, il n’attirera pas ou moins d’entités du bas astral. Il aura donc généralement affaire à des guides spirituels, des anges ou archanges. Avec eux, il ne risquera pas d’être perturbé par des vibrations basses, bien au contraire.

Quelques petites astuces

Quelques petits exercices à effectuer sous forme de jeu, ou de moments positifs peuvent être efficace, pour permettre à l’enfant de garder pleinement confiance. Afin qu’il ne cède pas à la peur. L’enfant doit voir cela comme un moyen de s’approprier son pouvoir dans le rire et la joie. 
Aussi, vous pouvez intégrer au coucher du soir un « petit récit de la confiance » à faire répéter à l’enfant :

« Je suis un enfant humain dans un corps de matière.
Cette pièce est ma chambre*.
Seuls mes parents sont autorisé à y entrer.
Si un fantôme** essaie d’entrer, j’ai le droit de lui demander de partir. 
Car il n’y est pas autorisé.    
Je suis maître de mon corps, celui-ci m’appartient,
Je suis le seul à pouvoir en disposer. »


* Adapter selon le lieu où se trouve l’enfant. Bien lui expliquer que posséder un corps de matière signifie que l’on dispose de la liberté de faire partir les entités dont le corps est constitué d’énergie.

** terme à adapter selon votre convenance, le terme « fantôme » est généralement mieux compris par les enfants. Le tout est de ne pas le       diaboliser.

J’ai souhaité rajouter les deux dernières phrases puisque dans le cas de terreurs nocturnes, il est parfois question d’entités très invasives. Si l’enfant a conscience que son corps lui appartient, il ne permettra pas ce genre de « visite », ni d’un désincarné, ni d’un incarné. L’utilité de ces deux phrases se vérifie dans tout aspect de la vie d’un homme ou d’une femme. 

Dans le cas de visites d’entités désagréables, vous pouvez mettre en place un jeu. 
Invitez votre enfant à aller dehors chercher 4 cailloux. Demandez-lui de bien les choisir, car il s’en servira de mur de protection (comme les châteaux forts). Une fois les 4 cailloux choisis, il va lui-même les placer aux 4 coins de son lit en demandant à ce que ces cailloux forment une « barrière de protection » qui empêchera aux fantômes de s’approcher de lui. Vous pouvez-même l’inviter à décorer ces cailloux, pour qu’il se les approprie, et qu’énergétiquement l’intention de protection s’inscrive dans les cailloux. Ainsi, l’enfant va avoir confiance en ce dispositif puisqu’il y aura directement participé. En étant acteur de cette protection, il reprendra également confiance en lui.

Autre « protection » qui peut être informée de la même façon que les cailloux, est la moustiquaire. Personnellement approuvée lorsque j’étais enfant, cette dernière mimait un voile de protection permettant à mes nuits de sommeils d’être beaucoup moins perturbées. 

Vous pouvez également proposer à votre enfant, de demander à son doudou d’être un « gardien » de sa chambre. Pour qu’il le protège et éloigne tous les êtres indésirables. Une nouvelle fois, l’enfant se tranquillisera de lui-même et son sommeil n’en sera que meilleur.

La règle de base est que l’enfant soit directement acteur de ces processus. Qu’il prenne confiance en ses capacités, et qu’il comprenne pourquoi il le fait. Puisque dans une majorité des cas, le simple fait de reprendre confiance, suffit à atténuer les peurs, et donc à ne plus attirer d’entités gênantes.

Comment lui expliquer la discrétion ?

L’enfant est spontané, il ne peut en être autrement. Il n’est pas pourvu de filtres, sa conscience en tant qu’individu appartenant à une société de règles, n’est pas encore clairement établie. Il est donc nécessaire de lui expliquer pour quelle raison il est préférable, pour lui, de bien choisir le public auquel il s’adresse, lorsqu’il parle de sa médiumnité. Il est même préférable au départ de ne pas en parler en communauté, notamment à l’école.  
Il est tout d’abord nécessaire de lui faire comprendre que cette mise sous silence ne signifie pas qu’il puisse être différent des autres, et que ce soit un problème. Puisque ce n’est pas le cas. Vous pouvez par exemple lui expliquer qu’un certain nombre de personnes autour de lui, ne sont pas prêtes à intégrer l’existence des êtres d’énergie. Et donc, ne pas parler de ses perceptions va respecter le rythme d’apprentissage de ceux qui l’entourent, notamment des autres enfants à l’école. Ce qui est important c’est qu’il soit rassuré sur le fait de pouvoir parler librement à la maison, parce que vous le comprenez. 

Ceci n’est qu’un conseil pour aider à préserver un certain bien être à l’école. Libre à vous, bien sûr, de fonctionner de la sorte, ou non. L’évolution des mentalités étant en marche depuis quelque temps, il devient plus aisé de partager sur ce sujet en société.

La médiumnité adolescente

À partir de l’âge de 10 ans environ, les enfants gagnent en autonomie, ils entrent dans l’adolescence. Le besoin d’indépendance vis à vis des parents, et d’intégration auprès des camarades de classe se font de plus en plus présents. 
Il est parfois difficile de conjuguer médiumnité et vie d’adolescent « comme les autres ». Je parle en connaissance de cause. 
Il y a plusieurs cas de figures. 
Soit votre adolescent ressentira le besoin de tout arrêter, il est trop difficile pour lui de vivre sa médiumnité en parallèle de sa vie de collégien ou lycéen. Dans ce cas, vous pouvez lui expliquer que ses perceptions ne sont pas un fardeau, mais une sorte de « boîte à outil », et qu’il est tout à fait libre de fermer cette boîte à outil pour quelques années. Sans pour autant qu’elle soit close pour toujours. Il lui suffit de dire « stop », je ne veux plus de ma médiumnité tant que je ne suis pas prêt à l’assumer pleinement. 
Soit votre adolescent ressentira le besoin de mieux comprendre ce qu’il vie depuis quelques années, et dans ce cas il a besoin d’échanger avec des personnes qui, comme lui, vivent avec ces perceptions au quotidien. Mon salut a été d’avoir des contacts réguliers avec des médiums, qui me permettaient d’apprivoiser petit à petit ces facultés. De voir les bons côtés de ces possibilités. Et de ne pas me sentir complètement incomprise et différente.
Une nouvelle fois, l’important est de respecter les envies et besoins de votre enfant. 



J’espère que ces explications et conseils auront répondu à vos attentes. Et que vos bambins seront pleinement épanouies, avec ou sans leur médiumnité. 
J’ai personnellement vécu tous ces questionnements, et ce serait avec plaisir que je répondrais à tous vos questionnements. N’hésitez donc pas à me contacter. Si besoin s’en fait, je peux également communiquer avec votre enfant, afin de le tranquilliser, et lui donner quelques conseils.

Léa, 
Nouvelles Vibrations 

Spread the love

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.